Pôle de Formation Agro-Environnemental
La Côte Saint André, Isère, Rhône-Alpes
Logo
Minimiser le bandeau Maximiser le bandeau
Site du MAP Pôle de Formation Agro-Environnemental
 
Accueil > Actualités > Exploitation agricole > Ca se passe sur la Ferme
imprimer
imprimer

Ça se passe sur la ferme :

Le stage ferme, réalisé sur l’exploitation du Lycée agricole, fait partie du cursus des élèves des formations professionnelles, 2nde Pro, Bac Pro CGEA, et des formations technologiques, Bac STAV Production.

Les élèves vous proposent de vivre les temps forts de leurs stages à l’aide de courts récits rédigés par leurs soins.


Opération sur la ferme du lycée

En stage à la ferme du lycée, j’ai assisté à une opération réalisée par un vétérinaire enseignant du CFPPA..

Cela consiste à ce que la génisse arrête de « téter » ses camarades en coupant un bout de la partie inférieure de la langue pour enlever le phénomène de succion.
Les opérations se font pour cause de mammites, de trayons déformés...
En outre, ces génisses-là ont continué, même avec la « boucle », de téter les autres génisses.
C’est pour cela que l’opération a été réalisée.

Différentes étapes de l’opération :
JPG - 31.5 ko
Anesthésie de l’animal

JPG - 38.6 ko
Attache de l’animal

JPG - 34.1 ko
Anesthésie de la langue

JPG - 33.3 ko
Scalper un bout de langue

JPG - 18 ko
Bout de langue coupée

JPG - 22.9 ko
Point de suture fait

JPG - 32.1 ko
Repos des génisses après l’opération

Naomie, 1re Bac Pro CGEA


Nourrir les veaux

Les 10 veaux, de 0 à 2 mois, sont nourris avec du lait deux fois par jour, le matin et en fin d’après-midi.

Le lait est en poudre. Pour le préparer, on remplit les cinq biberons de 3 litres d’eau à une température de 38°C. Ensuite, on rajoute environ 200 g de lait en poudre puis on prend un fouet pour homogénéiser le lait.
Les biberons sont ensuite posés sur un chariot spécifique sur roulette fabriqué artisanalement par Gilles (le vacher).

On attend environ 10 minutes pour que les 5 veaux boivent leur lait et ensuite on fait pareil pour nourrir les 5 autres veaux. Une fois tout le lait bu, on rince les biberons et c’est fini. Le lait en poudre est constitué de lait en poudre, de céréales, de concentrés et de vitamines. Les veaux ont aussi droit à du foin toute la journée avec des blocs de sel à lécher et des concentrés.

Frédéric, 1re Bac Pro CGEA


Nourrir les agneaux

Durant ma période de stage, l’une de mes principales activités a été le nourrissage des agneaux qui s’effectuait avec du lait artificiel en poudre. J’ai du peser les quantités grâce à une balance très précise car le dosage a une grande importance selon le stade physiologique.

Ce lait est distribué grâce des seaux équipés de tétines.

Loïc, 1re Bac Pro CGEA


L’alimentation des agneaux qui ne peuvent être nourris par leur mère :

Pendant mon stage à la ferme, j’ai donné le lait aux agneaux, cela m’a bien plu car j’apprécie de travailler avec eux. Ils sont regroupés en deux lots, et reçoivent du lait deux fois par jours. Ce sont des agneaux qui depuis leur naissance ont été nourris uniquement au biberon, ils n’ont jamais reçu le lait de leur mère car ces brebis ont fait plusieurs petits et ne pouvaient pas s’occuper de tous. Une brebis n’arrive pas à nourrir plus de 2 agneaux généralement, il faut donc séparer les agneaux de leur mère pour éviter qu’ils ne soient abandonnés. On doit donc leur donner le biberon, avec du lait en poudre dedans. Pour cela on met de l’eau chaude puis on rajoute la dose de lait en poudre qu’il leur faut, on mélange pour que cela se dissolve bien puis les agneaux boivent le lait par les tétines placées en bas du seau, comme s’ils tétaient leur leur mère.

Orlanne, 1re STAV


Le sevrage des agneaux :

Je suis allé à l’atelier mouton et j’ai fait connaissance avec Guillaume le berger. Il nous a montré un peu la pharmacie. Il nous a aussi montré comment faire des licols et comment attraper une brebis.

Puis, j’ai préparé le lait pour les agneaux et leur ai donné.

Ensuite, on a séparé les agneaux des mères pour commencer à les sevrer et aussi pour qu’ils ne mangent pas trop la nourriture des mères. On allait distribuer de l’ensilage et si un agneau en mange trop, il risque d’en mourir.

Emeric, 1re STAV


Activité ovine :

En premier lieu, j’ai nourri les agneaux à l’aide du mélange préparé juste avant avec de la poudre de lait mélangée à de l’eau, environs 150g/l d’eau, versé ensuite dans le « multi-bib’ », pour que chaque agneaux se serve à sa faim. Ce principe est utile dans le sens où il n’y a pas besoin de main d’œuvre dans la distribution du lait en poudre, un gain de temps évident pour d’autres activités ou ateliers.

Dans mon activité avec les moutons, j’ai fermé les abreuvoirs pour tarir les mères.

J’ai regardé les numéros des agneaux et des mères afin de remettre chaque agneau à sa mère.

J’ai ensuite distribué le foin et la paille avec la fourche pour les brebis car les éleveurs en donnent beaucoup pour le tarissement. En effet, ils réduisent la quantité d’ensilage petit à petit pour que le passage de la ration ensilage à celle du foin ne soit pas brutale. J’ai aussi séparé les agneaux mâles et femelles, pour ensuite les trier en fonction de leur masse corporelle à vue d’œil.

Pendant ma semaine de stage sur l’exploitation du lycée, j’ai aussi en autre activité, distribué l’alimentation des moutons.

Noémie, 1re STAV


Les brebis :

3 seaux de maïs grain + 2 seaux de granulés de luzerne par jour sont distribués aux brebis. Elles ont du foin en permanence : 2 bottes tous les 3 jours. Sur la deuxième partie du bâtiment, elles ont du foin et sur la première partie, elles ont de l’ensilage de sorgho que l’on change tous les 3 jours.

Les agneaux avec les mères :

_Ils sont nourris avec 1 verre mesureur d’argile par jour, un seau de granulés (on en rajoute quand il y en a plus) et un peu de foin pour commencer à les habituer.

Les agneaux abandonnés :

Ils ont du lait 3 fois par jour. Il y a 2 multi-biberons mais il y a quelques agneaux qui ont des biberons individuels car ils ne sont pas encore habitués au multi-biberon. Ils reçoivent aussi un verre mesureur d’argile, un seau de granulés et un peu de foin.

Jean, 1re STAV


Traite à la ferme du lycée :

Le cheptel de vaches laitières est composé de 45 laitières de race Montbéliarde.
La traite commence à 5h30.
Le vacher, Gilles commence à rassembler les vaches dans l’aire d’attente, puis il fait rentrer 5 vaches de chaque côté de la salle de traite. Il commence à fermer les barrières et démarre la machine à traire. Il met un produit sous forme de mousse sur les mamelles des vaches et branche par la suite les trayeuses sur les mamelles. La traite d’une vache varie de 5 à 10 min. Une fois tout le lait extrait, le décrochage automatique retire la griffe et se remet en place. Après cela, Gilles met un produit orange sur les mamelles pour que celles-ci ne s’irritent pas.
Le lait obtenu passe par des tuyaux et est stocké dans un tank à lait de 3000 L, refroidi à 4°C. Le lait est ramassé par la firme SODIAAL avec un camion et vendu à cette même entreprise.
La traite des 45 vaches dure environ 1h30.
Le soir à 16h00 se déroule la même traite que celle du matin à 5h30.

Pierre, 1re BAC PRO CGEA


Atelier ovins :

L’atelier que j’ai préféré est l’atelier avec les agneaux.
Ce que je devais faire était simple : Je devais nourrir les agneaux en leur donnant une dose limitée de lait en poudre, soit 12 l, mélangé avec de l’eau chaude.
Je le versais dans les multibibes équitablement et je devais aussi nourrir au biberon certains agneaux qui avaient entre 1 jour et 1 semaine car ils ne savaient pas encore se débrouiller tout seul pour boire au multibibes. Les agneaux qui boivent là-dedans ont plusieurs semaines et ont fini par prendre l’habitude.
Les agneaux que je nourrissais au biberon sont issus d’une portée où il y a eu 3 à 4 naissances donc on enlève 1 à 2 agneaux à la mère car sinon elle ne s’en occupera pas et les laissera mourir.
Il y a aussi les agneaux qui sont restés plusieurs jours voire 1 semaine et qui soudainement ont été abandonnés par leur mère parce qu’elle ne les reconnaissait plus grâce à leur odeur.
Donc mon activité principale chez les agneaux était d’assurer leur survie, vérifier qu’ils grandissent bien et se nourrissent bien et surveiller leur état de santé et d’éventuelles anomalies.

Pierre, 1re BAC PRO CGEA


Agnelage à la ferme

En arrivant sur la ferme, nous faisons comme d’habitude un tour de la bergerie pour surveiller les agnelages.
Pour bien commencer la journée, une des brebis avait du mal à faire sortir son petit, il était à l’envers, le postérieur vers la sortie. Guillaume, le berger enfile donc son gant d’agnelage et commence doucement à remettre en place l’agneau et attrape enfin les pattes arrière de l’agneau. HOP ! Le voilà, un petit agneau noir !
Au moment de la fouille du premier agneau, il en avait senti un autre qui était emmêlé avec celui qui venait de sortir. Cette fois c’est moi qui enfile le gant d’agnelage, j’y vais tout doucement la peur au ventre... Je sentais enfin l’agneau mais j’avais du mal à différencier la tête des fesses. Je sors donc la main et on voit la petite queue noir et blanche !
Guillaume me remplace alors pour sortir l’agneau qui était dans la même position que le précédent, toujours les mêmes précautions pour ne pas casser les pattes de l’agneau... et HOP ! Voilà le deuxième petit parmi nous !
Guillaume me demande alors de fouiller la brebis une dernière fois. SURPRISE ! En voilà un troisième, cette fois-ci dans le bon sens, mais sa tête repliée sur lui.
Guillaume s’en charge alors, il met un peu plus de temps pour le sortir parce qu’il était assez gros et surtout il fallait faire attention à sa tête et qu’il ne s’étrangle pas. Et voilà le troisième sorti !
La brebis les lèche, c’est un bon signe : elle les a acceptés.
Malheureusement pour le plus faible des trois on le sépare de la mère parce qu’il n’y aura pas assez de lait pour les trois agneaux... On le nettoie et lui donne du colostrum pour prendre des forces. Pour la brebis et ses deux autres petits ce sera une case d’agnelage pour renforcer les liens entre eux et éviter que les autres brebis et agneaux les embêtent !
On tire les premiers jets de colostrum pour vérifier que tout va bien et on les laisse enfin tranquilles. Cet agnelage était difficile mais sans conséquence sur la mère et ses petits heureusement. Merci au directeur, aux salariés et surtout au berger Guillaume pour m’avoir accompagnée, aidée et m’avoir appris de nouvelles choses. Merci pour ce stage !

Sarah, 1re BAC PRO CGEA



imprimer
imprimer


Contacter le Webmestre



Publié le 12 mars 2015 par Stephan Imberti
Dernière modification le 13 mars 2015
 
tiramisu documented layered the is
tiramisu documented layered the is
tiramisu documented layered the is
tiramisu documented layered the is
tiramisu documented layered the is