Pôle de Formation Agro-Environnemental
La Côte Saint André, Isère, Rhône-Alpes
Logo
Minimiser le bandeau Maximiser le bandeau
Site du MAP Pôle de Formation Agro-Environnemental
 
Accueil > Formations > LEGTA Lycée Agricole > Bac S Ecologie Agronomie et Territoires > Autour de Bac S Ecologie Agronomie et Territoires > La classe de 1°S du lycée agricole de la Côte St André découvre les pratiques agroécologiques sur la ferme des Pastières
imprimer
imprimer

La classe de 1°S du lycée agricole de la Côte St André découvre les pratiques agroécologiques sur la ferme des Pastières

JPG - 43.1 ko
observation des parcelles

Cette année, nous avons ciblé le sol en tant que ressource, comme thème d’étude pour l’enseignement spécifique dispensé en lycée agricole sous l’appellation EAT (Ecologie - Agronomie - Territoire).

JPG - 57.1 ko
observation d’un couvert

Max Grobalthazard cultive une surface de 82 ha, sur les communes de Rives et Apprieu. Une partie des terres qu’il cultivait sont maintenant bétonnées, recouvertes par la zone artisanale près de l’échangeur de Rives. Aucun pays n’échappe à ce processus inéluctable, qui entraine la disparition des surfaces consacrées à la production agricole, et donc à notre alimentation. En France, c’est l’équivalent d’un département français qui change définitivement d’attribution tous les 10 ans. A ce rythme, les générations futures auront du mal à se nourrir. Max Grosbalthazard s’est lancé dans des pratiques agroécologiques depuis plusieurs années. Il a monté le groupe « Isère Sols Vivants », est devenu formateur pour la société de conseil en agriculture Rhône alpes (SCARA) et s’est investi dans l’association BASE : Biodiversité Agronomie Sol Environnement.

JPG - 67.3 ko
structure du sol

Il n’a de cesse que d’expérimenter autour de pratiques respectueuses du fonctionnement des sols sur ses parcelles. Il ne fait plus de labours, et gère ses rotations en introduisant des couverts végétaux adaptés à chaque situation. Son objectif est de faire travailler la vie du sol, pour redonner de la fertilité naturelle.

Nous avons suivi Max sur ses parcelles, pour observer la richesse en vers de terre et la structure grumeleuse du sol en lien avec le non-labour et la pratique des couverts végétaux. Le couvert d’une parcelle a particulièrement intéressé les élèves, ayant produit 6 T de MS/ha grâce à un mélange d’espèces variées et complémentaires : phacélie, pois fourrager, vesce, féverole, colza, moutardes et tournesol. Ces espèces sont sensibles au gel, et le couvert est détruit naturellement en hiver, il n’est donc pas fait usage de désherbant, pratique qui représente un problème dans la plupart des situations.

Cette visite très pédagogique a permis aux élèves de prendre conscience de la valeur du capital “sol”.



Isabelle Legrand - agronomie
Roseline Magniere - économie


imprimer
imprimer


Contacter le Webmestre



Publié le 11 février 2017 par Stephan Imberti
Dernière modification le 14 octobre 2017
 
out other appears a tiramisu
out other appears a tiramisu
out other appears a tiramisu
out other appears a tiramisu
out other appears a tiramisu
Forum du Sup le mercredi 17 janvier 2018
Journée Portes Ouvertes le samedi 10 mars 2018