Pôle de Formation Agro-Environnemental
La Côte Saint André, Isère, Rhône-Alpes
Logo
Minimiser le bandeau Maximiser le bandeau
Site du MAP Pôle de Formation Agro-Environnemental
 
Accueil > Formations > LEGTA Lycée Agricole > Seconde Générale et Technologique > Autour de la Seconde Générale et Technologique > Comment sont produits les légumes qui se retrouvent dans nos assiettes ?
imprimer
imprimer

Comment sont produits les légumes qui se retrouvent dans nos assiettes ?

Le lycée agricole de la Côte St André est situé en plaine de Bièvre, dans un contexte pédoclimatique qui permet une grande diversité des productions agricoles. Une partie des heures de l’EATDD (Ecologie, Agronomie, Territoire et Développement Durable) de la classe de 2 GT est consacrée à la découverte de l’agriculture du territoire.

A seulement 3 km du lycée, une exploitation maraichère biologique nous a ouvert ses portes. Une trentaine de légumes y sont cultivés, et les productions s’étalent sur toute l’année, selon qu’on parle poireau, carotte, tomates ou encore courgettes… Certaines espèces sont produites sous serre, d’autres en plein champ, selon leurs besoins en chaleur. Grâce à sa situation en bas de coteau, cette exploitation bénéficie d’une retenue d’eau issue d’un captage de source, qui délivre une irrigation à volonté.

Marie-Christine Veyron, la gérante, nous a fourni beaucoup d’explications, sur le rôle des rotations pour éviter les maladies, sur la lutte biologique pour venir à bout des doryphores ou des pucerons, sur les techniques de désherbage (occultation, passage de la houe…). Certaines élèves se sont même essayées à l’utilisation de la houe avec succès.

Une culture a attiré notre attention : la phacélie. Cette plante n’est pas destinée à la consommation, mais sert d’engrais vert pour redonner de la fertilité au sol, en attendant la prochaine plantation de légumes. Elle représente aussi une source de nourriture importante pour les abeilles, insecte indispensable à la pollinisation de nombreux légumes.

En observant les salariés, tous ont pris conscience de la difficulté à exercer ce métier, qui exige d’être toujours accroupi au plus près du sol ou des plantes (tailles des gourmands, repiquage, récolte…) ; et sous les serres, la température peut vite devenir insupportable.

Quelques images
JPG - 44.9 ko
contexte territorial

JPG - 52.6 ko
explications sur le maniement de la houe

JPG - 52 ko
une volontaire s’essaye avec succès

JPG - 59 ko
vue d’ensemble des cultures

JPG - 50.2 ko
recherche de ravageurs sur plant de pomme de terre

Isabelle Legrand - agronomie
Jordan Fèvre - biologie


imprimer
imprimer


Contacter le Webmestre



Publié le 23 mai 2017 par Stephan Imberti
Dernière modification le 14 octobre 2017
 
the and of very other
the and of very other
the and of very other
the and of very other
the and of very other
Forum du Sup le mercredi 17 janvier 2018
Journée Portes Ouvertes le samedi 10 mars 2018